Berlin n’a pas la beauté fascinante de Paris, Rome ou Prague. La ville a en effet été quasiment rasée à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Trônant toujours sur le Kurfürstendamm, les Champs Elysées berlinois, la silhouette fantomatique du clocher en ruine de l’Eglise du Souvenir de l’Empereur Guillaume est là pour rappeller ces tristes heures…

Auteurs d’un travail de mémoire exemplaire, les Allemands ont également inscrit au coeur de leur capitale — entre la porte de Brandebourg et la Potsdamer Platz — un impressionnant Mémorial de l’Holocauste à la mémoire de tous les juifs victimes de la Shoah. Conçu par l’architecte américain Peter Eisenman, ce dédale de stèles de béton en plein air provoque un profond sentiment de recueillement lorsqu’on circule à l’intérieur.

Les cicatrices du passé

La plus grande ville d’Allemagne a également été facettée par une autre période de l’Histoire: la Guerre froide. Construit dans la nuit du 12 au 13 août 1961, le mur de Berlin a séparé la ville en deux, pour empêcher l’exode continuel des citoyens de la RDA vers la RFA. Souvenir de cette époque, Checkpoint Charlie, en plein Mitte, est l’un des postes-frontières qui permettait de franchir le mur. Tout le monde s’y presse pour se faire photographier avec des figurants en uniformes ou pour faire estampiller son passeport…

Dans le Friedrichshain, le long de la Spree, l’East Side Gallery permet de voir la plus longue section du mur de Berlin encore debout, devenue le support d’oeuvres de street art mythiques, comme le fameux Baiser de l’Amitié entre Erich Honecker et Léonid Brejnev de Dmitri Vrubel. On poussera aussi jusqu’à la Bernauer Straße, où se trouve le Mémorial du Mur de Berlin, qui raconte le quotidien des Est-Allemands et leurs tentatives de fuites, parfois rocambolesques.

Le charme de Berlin-Est

Si le mur est tombé le 9 novembre 1989, il souffle encore à Berlin un léger parfum d’ostalgie, qu’avait si bien rendu Wolfgang Becker dans « Good Bye, Lenin! » en 2003 et toujours entretenu par les deux musées de la RDA, l’un à Mitte, l’autre dans la Kulturbrauerei, ancienne brasserie du Prenzlauer Berg reconvertie en centre culturel.

Quartier de Berlin-Est très en vogue depuis quelques années, l’agréable Prenzlauer Berg est situé au nord de l’immense Alexander Platz, dont la symbolique Fernsehturm est l’un des derniers vestiges de l’ancienne puissance socialiste. Lorsqu’elle fut construite en 1969, cette tour qui domine la ligne d’horizon de la ville du haut de ses 368 mètres était la deuxième tour de télévision la plus élevée du monde.

Symbole de la réunification et désormais siège des grands événements berlinois, la Porte de Brandebourg fut érigée par Carl Gotthard Langhans pour le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II entre 1788 et 1791, en style néoclassique, en s’inspirant du Propylée de l’Acropole d’Athènes. Elle trône à côté du Reichstag, dont le nouveau dôme de verre symbolise lui aussi la réconciliation allemande.

Esprit underground

Si Berlin est traversée par l’histoire, elle ne vit pas pour autant dans le passé. Souvent comparée à New York, il s’agit d’une ville bouillonnante, capitale européenne de la contre-culture en Europe dans les années 70. Véritable incubateur de l’Underground, Berlin a toujours attiré les artistes en recherche d’inspiration, dont, évidemment David Bowie, qui y composa sa fameuse trilogie berlinoise (dont l’album « Heroes »). Trois ans avant sa mort, le chanteur anglais se souvenait d’ailleurs avec nostalgie de ses années berlinoises dans le crépusculaire « Where Are We Now? ».

Si, aujourd’hui, la ville s’est considérablement gentrifiée, le Kreuzberg continue de chérir cet esprit alternatif. A travers les innombrables graffitis qui recouvrent la plupart des murs du quartier et qui font de Berlin la Mecque mondiale du street art. Ou au mythique SO 36 (Südost 36), boîte de nuit qui accompagna le mouvement punk rock à Berlin et qui organise toujours des soirées techno mémorables.

Un bain de culture

Berlin est une ville incroyablement riche en matière de musées. Créée à l’initiative du roi Frédéric-Guillaume III au début du XIXe siècle, l’île aux Musées (Museumsinsel), à Mitte, est classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1999. Enserrée dans la Spree, elle offre en effet l’un des concentrés d’oeuvres d’art les plus riches au monde. Comme son nom l’indique, le Musée de Pergame contient l’impressionnant autel de Pergame et ses superbes frises, chefs-d’œuvre de la sculpture hellénistique, mais aussi la porte du marché de Milet. Sans oublier la magnifique porte d’Ishtar, émaillée en bleu, l’une des huit entrées de la cité antique de Babylone. Autres chefs-d’oeuvre à ne pas manquer, au Neues Museum cette fois, le buste de Néfertiti et le mythique trésor de Troie, trouvé par le grand archéologue allemand Heinrich Schliemann.

Tandis qu’à Tiergarten, le Kulturforum, construit dans les années 50-60 côté Ouest réunit des musées incontournables comme la Pinacothèque et la Neue Nationalgalerie, conçue par Mies van der Rohe et fermée pour restauration au moins jusqu’en 2019.

Côté art contemporain, on a l’embarras du choix. Ancienne gare, l’Hamburger Banhof accueille des oeuvres d’Andy Warhol, Joseph Beuys ou Keith Harring, mais aussi des expositions innovantes. A deux pas du Zoo (le plus ancien d’Allemagne, fondé en 1844), le Musée de la photo accueille la Fondation Helmut Newton, grand photographe de mode et des stars né à Berlin en 1920.

Déchirant, notamment par son architecture signifiante imaginée par l’Américain Daniel Libeskind, l’indispensable Musée juif retrace deux mille ans d’histoire des Juifs en Allemagne. Tandis qu’en miroir, le musée Topographie des Terrors, installé sur l’ancien siège de la Gestapo et des SS, retrace l’histoire du nazisme en Allemagne.

Gastronomie berlinoise, internationale ou locavore

Très cosmopolite, Berlin l’est jusque dans sa gastronomie. Le chef berlinois le plus influent, Tim Raue (Tim Raue**), est ainsi loin de pratiquer une cuisine allemande classique. Il est au contraire réputé pour sa cuisine élégante et très technique, largement inspirée par l’Asie.

A son image, de nombreux bistrots gastronomiques proposent une cuisine internationale, tantôt plutôt francophile, comme chez Bandol sur mer*, tantôt nordique, comme chez Lode & Stijn, une adresse qui dépote ouverte par deux amis Hollandais.

Pour vivre une expérience plus germanique, direction Herz & Niere, Pauly Saal*, Rutz* et surtout le Rutz Weinbar, qui propose des plats simples mais parfaitement exécutés et surtout sourcés localement, tout comme les vins. Les tables qui font parler d’elles à Berlin sont d’ailleurs très locavores. A commencer par le Nobelhart & Schmutzig* de Billy Wagner, qui développe une approche radicale de la cuisine, refusant l’utilisation de citron ou de chocolat. Chez Einsunternull*, la cuisine, tout aussi nordique mais un peu plus gourmande, est basée sur des associations de goûts explosives.

Mais l’adresse du moment, c’est sans conteste celle du Canadien Dylan Watson-Brown: Ernst. Elu meilleur nouveau restaurant européen par le classement américain OAD, ce beau comptoir permet à 12 convives de vivre une vraie expérience kaiseki berlinoise, travaillant, en une multitude de petites dégustations, de superbes produits de saison et en rendant hommage à leurs producteurs.

Oser la cuisine germanique

Vue de Belgique ou de France, la cuisine allemande prête à sourire. Si l’on veut profiter à fond du cliché (serveuses en habits traditionnels, grandes choppes de bières et grüner veltliner servi au litre), direction Zur Haxe. La déco de cette auberge bavaroise est super kitsch, la cuisine se décline en « Große portion », mais le Schinkenhaxe (jambonneau) est excellent.

En version bistrot, on trouve l’excellent Renger-Patzsch (tendance alsacienne) ou le plus moderne Jungbluth. A moins de préférer le charme classique (et la superbe carte des vins germaniques) de Lutter & Wegner, Weinstube historique installée depuis 1811 sur l’élégante Gendarmenmarkt.

A quelques mètres, on se régale aussi chez Aigner, mais cette fois d’une cuisine autrichienne élégante, notamment le classique boeuf bouilli en deux services. Berlin est effet riche de bonnes adresses autrichiennes, comme Ottenthal (délicieux Wiener Schnitzel et formidables vins autrichiens) et Nussbaumerin (le Kaiserschmarrn est incontournable).

Une Currywurst sur le pouce

La spécialité berlinoise par excellence, c’est la currywurst. Le meilleur moment pour manger cette crasse, accompagnée de ketchup au curry et de frites, c’est après une soirée bien arrosée. Et pour cela, il n’y a pas 36 solutions, il n’y en a qu’une: le mythique Curry 36, ouvert jusqu’à 5h du. matin dans le Kreuzberg… La currywurst est également excellente chez Konnopke’s Imbiss, mais cette baraque à frites située sous les voies du métro de la station Eberswalder Straße, dans le Prenzlauer Berg, n’ouvre que jusqu’à 20h…

Un frühstück pour bien démarrer la journée

A Berlin, le frühstück est un moment incontournable. Allemand, turc, vietnamien… Il y en a pour tous les goûts. 

Charcuteries, fromages, oeufs…, le tout joliment présenté, sont des éléments obligés de la version allemande du petit-déjeuner. Pour une expérience berlinoise underground, on ira chez Bastard dans le Kreuzberg. Pour une expérience plus chic, on préférera le Café Anna Blume spécialisé dans les pâtisseries autrichiennes. Toujours dans le Prenzlauer Berg, Meierei propose d’excellentes spécialités des Alpes. Mais pour les meilleurs schneken (une brioche en forme d’escargot) de la capitale, direction la pâtisserie Zeit für Brot. Attention à ne pas devenir accro!

A Berlin, on peut même petit-déjeuner vietnamien, chez Qua Phe ou chez Maison Han, qui est également un excellent torréfacteur de cafés viets. Si l’on a envie d’une expérience plus internationale, façon pancakes et toasts à l’avocat, Silo s’impose. Tandis que pour un cheesecake de folie, on filera chez Five Elephant.

Des expériences très berlinoises

Comme dans toutes les villes germaniques, pas question de débuter le printemps ensoleillé sans aller boire une bière dans l’un des nombreux biergarten de la ville. Le Pratergarten, sur la Kastanienallee dans le Prenzlauer Berg, est le plus ancien d’entre eux. Depuis 1837, il sert plats rustiques et pintes de bière. Même menu au biergarten du parc Tiergarten et son Café am Neuen See, sauf que l’endroit est nettement plus bucolique.

Le beau temps invite aussi, le week-end, à visiter le Thai Park du Preussen Park, où des familles originaires de Thaïlande proposent depuis plus de 20 ans des plats authentiques en mode pique-nique. Ce marché étant illégal, on ne sait malheureusement pas si les autorités l’autoriseront à nouveau cet été…

L’été, on profitera aussi de la Badeschiff, une piscine publique installée sur la Spree. On passera ensuite la soirée au Club der Visionäre, un bar au bord d’un agréable canal où la bière coule à flot aux sons de la techno.

S’il pleut ou qu’il fait trop froid, on peut toujours se réfugier à Berlin dans un bunker de la Seconde Guerre mondiale transformé musée… Géré par la fondation Boros, le plus ancien expose des œuvres d’art internationales datant de 1990 à nos jours. Le plus récent est l’antre de la collection Feuerle, qui juxtapose, dans une scénographie inédite envoûtante, art khmers et chinois et photos érotiques.

Et où ailleurs qu’à Berlin peut-on trouver un restaurant à desserts doublé d’un vrai bar à cocktails? Au Coda Dessert Dining & Bar dans le Kreuzberg, on déguste en effet de belles compositions sucrées tout en sirotant de délicats cocktails!

Berlin l’Asiatique

Les Vietnamiens représentent la communauté asiatique la plus importante à Berlin mais la capitale allemande est riche en restaurants chinois, japonais et surtout coréens. Installé en pleine zone industrielle de Lichtenberg, le Dong Xuan Center est le plus grand centre commercial asiatique de Berlin, où l’on déniche de formidables cantiques vietnamiennes, comme Duc Anh Quan. Mais l’institution vietnamienne de Berlin, c’est Mr Vuong, où le pho et les nems sont à tomber.

Côté coréen, on est complètement dépaysés chez Ixthys, une cantine coréenne où les murs sont tapissés de prières chrétiennes… en coréen. Autre cantine où l’on ne croise que des Coréens, Arirang est spécialisé dans le barbecue. Tandis que Kochu Karu propose une étonnante fusion réussie entre cuisines coréenne et espagnole. Avec un Bib gourmand à la clé.

Si la communauté japonaise est assez limitée, on trouve néanmoins de chouettes petites adresses, comme le salon de thé Cocoro ou la boulangerie Kame, qui propose des onigiris ou un bon gâteau au thé vert.

Houmous, bagels & Co

Il y a quelques années, il était difficile de trouver des adresses proposant des spécialités juives. Il a fallu attendre 2012 et « Mogg & Melzer » (aujourd’hui devenu Mogg), qui a importé l’esprit des delis juifs new-yorkais dans la capitale allemande avec une touche trendy. Leur spécialité? Le pastrami.

Depuis, de nombreuses autres adresses ont fait leur apparition, en provenance de Jerusalem ou Tel Aviv cette fois. Celle à ne pas manquer (notamment pour le houmous), c’est Kanaan, ouverte par un Israélien et un Palestinien, un beau symbole. Tandis que chez Fine Bagels, Laurel Kratchovila propose des bagels et autres rugelachs canons. La jeune femme est même à l’origine d’un festival de cuisine juive, Nosh, organisé une fois par an à la Markthalle Neun.

La vague végé

Berlin a depuis longtemps succombé à la vague bio. Omniprésente, la chaîne Bio Company possède ainsi une cinquantaine de magasins dans la ville et ses alentours, avec un chiffre d’affaires en hausse constante. Mais ce qui frappe quand on se promène dans les rues de la capitale, et ce depuis de nombreuses années, c’est la grande richesse de l’offre végétarienne et végétalienne. Depuis fin 2017, Berlin compte même un resto végé étoilé, installé dans une ancienne boîte de nuit à deux pas de la Porte de Brandebourg, le Cookies & Cream, à la cuisine étonnante (même si parfois un peu approximative).

La vague végé se décline sous toutes ses formes à Berlin. Que ce soit en version très gourmande avec les excellents donuts vegan de chez Brammibal’s ou en version healthy chic chez The Store Kitchen, cantine très classe dans un magasin de la Soho House dans le Prenzlauer Berg. A moins de préférer se lever du bon pied avec un bon petit déjeuner végétalien chez Napoljonska.

De la Turquie à la Syrie

Les Turcs représentent la communauté la plus importante à Berlin après les Allemands. Pas étonnant donc que l’on y déniche de bonnes adresses turques. Pour goûter à l’ambiance turque et à ses délices, direction le marché turc à Maybachufer, sur la rive qui longe le Landwehrkanal, à la limite du Kreuzberg et de Neukölln. Avant, on aura été prendre un bon petit-déjeuner à la turque à La Femme, à base de simit, d’oeufs brouillés et de soudjouk. On continuera par un lunch chez Meyan, un snack soigné où les salades variées font toutes envie. Et le soir, direction Osmans Töchter, où l’on propose une cuisine turque plus raffinée dans un cadre branché.
Mais partout, on trouvera des snacks spécialisés: keftas au feu de bois chez Bal Köfteci Imbiss, kebabs chez Mustafa Gemüses Kebab, mantis (raviolis) et gözleme chez Gözleme, etc.

Ces dernières années, les Berlinois ont également accueillis des centaines de milliers de réfugiés, notamment syriens, transformant l’ancien aéroport de Tempelhof en centre d’accueil. La scène gastronomique berlinoise commence à s’enrichir de ce nouvel apport. Ainsi, à la Konditorei Damaskus à Neukölln, on se régale de spécialités artisanales réalisées par une famille de pâtissiers en provenance de Homs.

Shopping et grignotages

Construit en 1905 sur le Kurfürstendamm, le Kaufhaus des Westens (KaDeWe pour les intimes), fut, durant la Guerre froide, le symbole de la consommation capitaliste à Berlin. Il s’agit toujours du plus grand centre commercial d’Europe. L’immense rayon charcuterie vaut à lui seul le détour. Soit un véritable musée de la saucisse, présentant les spécialités de chaque région d’Allemagne. Sans compter les nombreux espaces restauration, où l’on dégustera de véritables boules de Berlin ou, chez « Kartoffelacker », une assiette des pommes de terre et de poissons frits avec un un bon sauvignon blanc allemand.

Si l’on se promène un peu plus à l’Ouest, du côté de château de Charlottenburg, un passage s’impose chez Rogacki qui, depuis 1928, propose un très riche choix de pâtisseries, charcuteries et autres poissons fumés. A emporter ou, mieux, à déguster sur place avec un verre de vin de Moselle. A la Blutwurstmanufaktur de Neukölln, l’un des meilleurs bouchers de la capitale, on fera le plein de Blutwurst (boudin noir) et autres conserves de viande et l’on pourra déguster quelques plats rustiques.

On ira aussi faire faire ses achats et grignoter dans les nombreux marchés couverts de la ville. On aime beaucoup, par exemple, l’Arminiusmarkthalle à Moabit, mais le plus impressionnant est ans conteste la Markthalle Neun, un passage obligé dans le Kreuzberg pour les amateurs de street food. On y trouve notamment l’excellent boucher Kumpel & Keule, qui vient d’ouvrir, non loin, son propre restaurant.

La tournée des bars

La scène cocktail berlinoise est l’une des plus dynamiques d’Europe et l’une des plus anciennes. Bien avant Paris, Berlin était réputée pour ses bars de qualité. Mais il vaut mieux connaître deux particularités locales avant de débuter une tournée: on fume encore dans les bars de la capitale allemande et le style des cocktails berlinois est plutôt sec, court et fort, voire très fort, en alcool. A bon entendeur…

Parmi les incontournables, Beckett’s Kopf est sans doute le meilleur bar de la ville, proposant des créations toujours maîtrisées, avec de belles découvertes d’alcools ou liqueurs allemands à la clé. Buck & Breck est, lui, le bar dont la réputation a dépassé depuis longtemps les frontières allemandes. Au menu de ce speakeasy chic, des cocktails précis, souvent de style Pré-Prohibition. Petit nouveau à Neukölln, le Velvet Bar a, lui, créé une carte de cocktails inventifs et saisonniers, souvent à base de fruits fermentés ou en conserves maison. 

De bonnes mousses

Ouverte en 1999 à Hackescher Markt, Brauhaus Lemke fut la première micro-brasserie berlinoise. Depuis, d’autre petits brasseurs ont fait leur apparition, comme Brewbaker en 2005 ou, tout récemment, BRLO, très chouette brasserie installée dans une structure composée de containers et qui se double d’un bon bistrot à la cuisine moderne.

Mais les Berlinois sont désormais concurrencés sur leurs terres par des brasseurs étrangers. Star du mouvement craft de San Diego, Stone Brewery vient ainsi d’installer sa première brasserie européenne à Berlin, dans le quartier de Mariendorf. C’est un peu reculé mais cela vaut le voyage, tant pour la visite des installations que pour le superbe et immense bar. Mais les puristes des craft beers préféreront sans doute découvrir les cuvées du brasseur danois Mikkeller, qui a ouvert un agréable café du côté de la place Rosa Luxembourg.

Nos adresses sur une carte

A lire aussi…

« Mikkeller »: Des bières de haut vol à Berlin

Sans atteindre la passion de la bière de Munich et de sa célèbre Oktoberfest, Berlin est aussi une ville où la pils et la Berliner Weiße coulent à flots. La capitale allemande compte quelques brasseries traditionnelles mais elle a aussi depuis peu succombé au charme...

lire plus

« Ernst »: Kaiseki berlinois

Quel culot! A 24 ans seulement, Dylan Watson-Brawn vient d’ouvrir son propre restaurant dans le quartier de Wedding à Berlin. Et pas n’importe quel restaurant, un vrai comptoir de chef ambitieux façon « Chef’s Table » à Brooklyn ou « Chambre séparée » de Kobe...

lire plus

Les meilleurs bars à cocktails de Berlin

A l'instar de Londres, New York ou Paris, Berlin est en train de devenir l'une des capitales mondiales du cocktail! Voici quelques adresses testées parmi les bars les plus courus de la capitale allemande... Bar Zentral*** Si l’on en a un peu marre des ambiances «...

lire plus

Berlin, gourmande sans frontières

Métropole tentaculaire née de la réunification de Berlin-Ouest et Berlin-Est, la capitale allemande propose, au gré de ses différents quartiers, des ambiances très différentes. Pas grand-chose avoir en effet entre le très cossu Mitte (centre-ville), le commerçant...

lire plus

« Bar Zentral »: un cocktail près du Zoo à Berlin

A l’instar de Londres et Paris, Berlin est devenue l’une des capitales européennes du cocktail. Ce qui n’a rien d’étonnant quand on pense qu’une partie de la ville a longuement été sous contrôle de l’armée américaine... Vive la néo-mixologie! Depuis quelques années,...

lire plus

« Kochu Karu »: tapas hispano-coréens à Berlin

Auréolé d’un Bib gourmand au Michelin 2017, le « Kochu Karu » est l’une des jeunes tables enthousiasmantes de Berlin! Un couple mixte Quelle drôle d’idée de mélanger cuisines espagnole et coréenne! Mais en y réfléchissant quelque peu… La cuisine coréenne est bien...

lire plus

Quand la Berlinale passe à table

Le directeur de la Berlinale Dieter Kosslick arpentant la rue de la "Berlinale Street Food" près de la Potzdamer Platz, le coeur vibrant du festival.   Pour la 11e année, la section “Culinary Cinema” du festival du film de Berlin fera un pont entre le 7e Art et la...

lire plus

« Beckett’s Kopf »: les meilleurs cocktails de Berlin!

La scène berlinoise du cocktail est l’une des plus enthousiasmantes d’Europe. La capitale allemande regorge en effet de bars où de jeunes mixologues rivalisent de talent, dans des genres assez différents. Même si les Berlinois apprécient particulièrement les short...

lire plus

« Einsunternull »: Berlin côté locavore

Ouverte depuis quelques semaines seulement, "Einsunternull" s'inspire de la nouvelle cuisine nordique - avec le "Noma" comme influence revendiquée - pour donner un coup de fouet à la scène gastronomique berlinoise. Une une table promise à un bel avenir!   Un resto...

lire plus

« Herz & Niere »: table berlinoise canaille et raffinée

L’endroit est hors des circuits touristiques mais voilà une nouvelle adresse berlinoise (ouverte il y a 7 mois) qui vaut vraiment le déplacement. Installé au rez-de-chaussée d'un immeuble quelconque du Kreuzberg, “Herz & Niere” est un grand bistrot contemporain très...

lire plus

Le goût de Berlin

Pleine d’énergie, la capitale allemande est un peu la New York européenne. Six expériences incontournables pour découvrir les saveurs de Berlin, métropole à la fois traditionnelle, cosmopolite et alternative ! Promenade gourmande dans les rues de Berlin… Berlin en six...

lire plus

Pauly Saal: le meilleur de l’Allemagne

Ouvert en 2011 dans le très beau Jüdische Mädchenschule, un centre culturel du nord de Mitte à Berlin, le “Pauly Saal” a tout de suite été un succès. Il faut dire que le lieu en jette  ! Passé le très beau bar (où l’on patiente devant un cocktail malheureusement très...

lire plus

Notre carnet d’adresses berlinoises

Mise en bouche gourmande de Berlin après deux séjours dans la capitale allemande! Promenade gourmande dans les rues de Berlin… Berlin en six expériences gustatives… Restaurants Fräulein Fiona* Dans une rue tranquille de Charlottenburg, à Berlin-Ouest, on trouve ce...

lire plus

Berlin, capitale multiculturelle

Ville vivante en perpétuelle mutation, Berlin se développe aussi d’un point de vue gastronomique… Petite balade gourmande dans les rues de la capitale allemande. Berlin en six expériences gustatives… Notre carnet d’adresses à Berlin: restaurants, cafés, épiceries,...

lire plus

Une Currywurst comme à Berlin!

Le snack emblématique de Berlin, que l'on mange à tous les coins de rue! Pour la petite histoire, celui-ci aurait été inventé pendant le blocus de la ville par les Russes en 1948, avec les stocks des soldats anglais (sauce tomate, sauce Worcestershire...). Au Musée de...

lire plus